Archives par mot-clé : Palme d’or

Le Ruban Blanc : Chronique de la peste brune annoncée

La Palme d’Or 2009 fut pour le moins contestée et provoqua la polémique. De par sa Présidente du jury d’abord, qui n’était autre qu’Isabelle Huppert, grande amie à la ville du cinéaste autrichien, mais aussi de par le traitement de son sujet. Soit le contrepoint radical de ce qui se filmait et se discutait dans les années 2000 en Allemagne à propos du nazisme et surtout à propos de la culpabilité du peuple allemand face au nazisme… La question centrale demeurant : faut-il mettre tout le monde dans le même bateau ou juste pointer du doigt les plus coupables et diluer ainsi les responsabilités ? Au risque d’accoucher de générations déresponsabilisées, mutantes qui finissent par oublier les leçons de leur propre histoire (voir pour cela l’édifiant documentaire Europe, ascenseur pour les fachos).

Continuer la lecture de Le Ruban Blanc : Chronique de la peste brune annoncée

4 mois, 3 semaines, 2 jours : Palme d’or

4 mois, 3 semaines, 2 jours. Derrière ce titre un peu atypique et traduction littérale de l’original, se cache un film coup de poing et sans concession de Cristian Mungiu, réalisateur roumain alors peu ou pas connu en nos contrées (son premier long, Occident fut pourtant primé à la Quinzaine de Cannes en 2002). Présenté en compétition officielle au 60ème festival de Cannes (2007), il aura eu les honneurs d’une sortie chez nous dans la foulée puisque auréolée de la Palme d’or !

Continuer la lecture de 4 mois, 3 semaines, 2 jours : Palme d’or

Dheepan : Palme d’or par défaut ?

Le nouveau Jacques Audiard nous arrive donc drapé de sa Palme d’or plutôt surprise reçue au dernier festival de Cannes. Et il faut bien admettre que Dheepan n’a pas la maestria d’Un prophète, ni même la sensualité de Sur mes lèvres, la démonstration complexe d’un De Battre mon cœur s’est arrêté ou encore la fulgurance de Regarde les hommes tomber. Disons qu’il est un peu le mix de tout cela (ce qui en soit est loin d’être une tare) sans que pour autant on n’arrive à complètement se détacher d’une impression de redite vaguement putassière.

Continuer la lecture de Dheepan : Palme d’or par défaut ?

Cannes 2015, jour 11 : Palmarès et rattrapages

Le dernier jour du festival, pour les accrédités, c’est, d’une part, le moment des rattrapages et d’autre part celui du palmarès. En effet, le dimanche est utilisé pour rediffuser, dans les diverses salles du Palais, tous les films de la compétition officielle, ce qui est plutôt utile tant il est très compliqué de tout voir. On a pu ainsi voir Dheepan, Chronic et Sicario dont on reviendra en détail après le verdict tant attendu et redouté. Et comme d’habitude, on entendra hurler les mécontents du résultat final, pianoter sur facebook leur horreur, crier au scandale et maugréer dans leur coin. Puis quelques uns diront que ce n’est pas si mal après tout. Nous, on pense que ce genre de débat est totalement stérile et on vous laissera juge. Un palmarès ce n’est pas la victoire d’un ou plusieurs films mais plutôt celle d’un jury hétéroclite aux goûts divers et variés par rapport à une sélection qu’ils n’ont pas choisie. Et si on avait changé ne serait-ce que deux membres, on peut être sûr que tout aurait été complètement différent. Nous n’irons donc dire ni du mal ni du bien du résultat final. On vous l’offre, à vous d’en faire ce que bon vous semble.

Continuer la lecture de Cannes 2015, jour 11 : Palmarès et rattrapages

Cannes 2015, jour 9 : Du court et encore de l’animation

Après un premier papier sur l’animation avec Pixar et des films du marché, on revient ici avec deux séances qui vogueront du calamiteux au plus réussi. On aura donc vu Le Petit Prince de Mark Osborne et la séance de courts métrages en compétition. Et pendant que le réalisateur de Kung Fu Panda détruisait le personnage de Saint-Exupéry, on était un peu plus heureux de voir ce que les courts proposaient en terme d’animation. Le jury court, emmené par Abderrahmane Sissako a d’ailleurs décerné sa palme à un film animé : Waves ’98 d’Eli Dagher.

Continuer la lecture de Cannes 2015, jour 9 : Du court et encore de l’animation