Archives par mot-clé : Vincent Lindon

Fiche film : En Guerre

Stéphane Brizé a voulu tourner En Guerre pour comprendre ce qu’il y a derrière les images des médias qui se font régulièrement les témoins de la violence qui peut surgir à l’occasion de plans sociaux.

Stéphane Brizé collabore pour la 4ème fois avec Vincent Lindon après Mademoiselle ChambonQuelques heures de printemps et La Loi du marché.

Comme pour La Loi du marché, Stéphane Brizé a entouré son acteur principal, Vincent Lindon, de comédiens non-professionnels.

En Guerre a été tourné en seulement 23 jours ! « Je tenais à ce que l’énergie du tournage fasse écho à l’énergie du combat que peuvent mener des salariés dans un cas comme celui décrit dans le film. C’est, dans les deux cas, une course contre la montre, une bagarre permanente contre le temps. Aucun confort, aucun répit, juste une lutte pour arracher l’essentiel. En même temps, je n’avais guère les moyens financiers de faire autrement. Car là où la réalité du cinéma rejoint la réalité du monde, c’est que le marché ne réclame pas ce type de films. » – Stéphane Brizé

Continuer la lecture de Fiche film : En Guerre

L’Apparition : À l’origine

Film après film, Xavier Giannoli tisse un univers qui lui est propre tout en se revendiquant à l’évidence d’un cinéma qui rappelle Sautet, Miller ou encore Alain Corneau. Une filiation qui se donne pour ambition de garder le réalisateur au centre des débats sans jamais en exclure le spectateur. Tout le contraire du cinéma dit d’auteur qui fait florès de nos jours hérité des préceptes mal digérés de la nouvelle vague. Et L’Apparition de s’intégrer avec grâce mais sans fausse pudeur au sein de la thématique centrale de Giannoli qui n’a de cesse de traquer le mensonge et les faux semblants pour mieux révéler les humanités de chacun. Autant dire qu’une nouvelle fois l’homme et le cinéaste frappent juste.

Continuer la lecture de L’Apparition : À l’origine

La Loi du marché : Violence des échanges en temps de crise

Alors que La Tête haute d’Emmanuelle Bercot vient tout juste de sortir dans les salles et de faire par la même occasion l’ouverture du Festival de Cannes, voici qu’arrive La Loi du marché, prétendant quant à lui à la Palme d’or, dont l’ambition est de rendre compte d’une société en perte dégénérative de repères. Si pour Bercot cela prend les traits d’un ado rejetant en bloc l’avenir sans avenir qu’on lui propose, Stéphane Brizé veut lui se coltiner pleine face la maladie endémique de notre économie et ses conséquences humaines qu’est le chômage. Pour ce faire, il va s’appuyer une nouvelle fois sur un Vincent Lindon toujours aussi minéral mais à l’humanité intacte.

Continuer la lecture de La Loi du marché : Violence des échanges en temps de crise

Journal d’une femme de chambre : Chambre avec nue

Il y a des jours où le critique doit en rabattre, reprendre humblement ses habits de modeste cinéphile voire cinéphage à ses heures, et s’incliner. A priori, on appréhendait le fait de voir l’héritière du septième art national dans un grand et premier rôle d’époque (surtout celui d’une servante) et puis on finit par rendre grâce au talent du créateur : Journal d’une femme de Chambre de Benoît Jacquot est un bon film même si il est assez difficile d’analyser le pourquoi et le comment. On ose le pari tout de même.

Continuer la lecture de Journal d’une femme de chambre : Chambre avec nue