Archives par mot-clé : Woody Allen

Fiche film : Wonder Wheel

Woody Allen a décidé de situer l’action de son 47ème long-métrage autour de la grande roue de Coney Island. Le cinéaste a toujours éprouvé une grande tendresse pour cette péninsule située à l’extrême sud de Brooklyn.

Deux acteurs de la série Soprano se sont glissés dans le casting de Wonder Wheel. Il s’agit de Tony Sirico et Steve Schirripa, qui incarnaient respectivement Paulie et Bobby dans la série culte.

Après Café Society c’est la deuxième fois que Woody Allen tourne avec le chef-opérateur Vittorio Storaro.

Continuer la lecture de Fiche film : Wonder Wheel

Cannes 2016 : Jour 0

Le festival ne commence pas avec les premières projections, en général réservées à la presse dès le matin ou au Marché du film, ni même lors de l’ouverture ultra-médiatisée du mercredi soir. Non, le festival commence lorsqu’en se promenant devant le Palais, les premières échelles, chaises et promontoires cadenassés les uns aux autres s’amassent et se déploient pour que les observateurs de stars lointaines puissent les approcher de leurs jumelles et autres appareils électroniques. Ceux-là ne voient guère les films, ils attendent leur dose de superficialité de longues heures pour quelques instants de paillettes. Puis, Cannes commence une deuxième fois lorsque le Stand Nespresso ouvre ses portes à l’intérieur du grand palais. Le café, bien plus que les stars ou les invitations aux soirées, est le meilleur ami du festivalier, c’est lui qui retarde sa déchéance physique autant que morale et qui lui permet de tenir sans sourciller pendant, par exemple, les trois heures du film de Cristi Puiu, Sieranevada, qui ouvrira le bal officiellement dès le lendemain.

Continuer la lecture de Cannes 2016 : Jour 0

L’Homme irrationnel : Woody le robot

On s’était un peu vite résigné avec Magic in the moonlight sur le cas Woody Allen. C’est que l’on pensait le réalisateur de retour sur des bons rails avec Blue Jasmine qui fut un uppercut salvateur au sein d’une filmographie d’où n’émergeait plus grand chose de notable depuis Match Point (2005) et dans une moindre mesure Whatever Works (2009). Quand on sait que le réalisateur enquille un film par an depuis des lustres, cela fait beaucoup de croix à biffer dans la case « à oublier » quand cela n’est pas « indigne de la part du cinéaste qui nous a donné Manhattan ». Pour autant, Magic in the moonlight n’était à ranger dans aucune de ces deux colonnes sans que toutefois l’on ne puisse en penser autre chose qu’une friandise sans autre ambition que de profiter du doux climat de l’arrière pays niçois. Une pré-retraite bien méritée en quelque sorte…

Continuer la lecture de L’Homme irrationnel : Woody le robot

Box office France du 22 au 28 octobre 2014 : Le labyrinthe de Manolo

Avec 5 526 313 entrées au compteur, cette semaine s’affiche comme le quatrième meilleur pedigree hebdo de l’année. Au passage, 2014 fait pour l’instant 12% de mieux que 2013 avec 159 307 684 entrées contre 142 189 183 entrées à la même période. Mais le plus significatif est de comparer ce chiffre avec 2011 qui enregistrait au même moment  152 373 772 entrées. Pourquoi 2011 ? Tout simplement parce que le cumul de cette année là est monté à 215 051 182 entrées, la meilleure marque au box office France depuis 1967 et  ses 234 millions d’entrées.

Continuer la lecture de Box office France du 22 au 28 octobre 2014 : Le labyrinthe de Manolo

Magic in the moonlight : Une (nouvelle) carte postale signée Woody Allen

Il faut croire que Blue Jasmine fut une parenthèse enchantée, un soufflé vite retombé chez un cinéaste dont la retraite dorée se fait malheureusement de plus en plus sentir. Pour autant, Magic in the moonlight n’est pas la catastrophe Minuit à Paris et sa suite To Rome with love, ni même la friandise qui colle un peu trop aux dents que furent Vous allez rencontrer un bel et sombre inconnu ou Vicky Cristina Barcelona. On est plus ici dans un pot pourri d’auto-citations nostalgiques et paresseuses magnifiquement enluminées par un certain Darius Khonji dont c’est ici la quatrième collaboration avec le réalisateur.

Continuer la lecture de Magic in the moonlight : Une (nouvelle) carte postale signée Woody Allen